Une mise en service réussie pour ETC à l’Opéra Garnier

En 2017, l’un des lieux les plus prestigieux de France, l’Opéra Garnier, renouvelait sa régie lumière et c’est le système de pupitres Eos de la marque ETC qui a été choisi à l’unanimité par Jacques Giovanangeli, chef du service lumière, et son équipe de 42 professionnels de l’éclairage. Retour sur le succès d’une migration réussie.

La précédente console, de moins en moins adaptée aux avancées technologiques des projecteurs asservis arrivait à bout de souffle. Bien conscient de cela, Jacques et son équipe ont donc débuté il y a quelques années un travail de veille sur le marché des consoles pour trouver le meilleur jeu d’orgue, comme on aime à l’appeler dans le domaine du théâtre.

Après plusieurs saisons à faire le tour des fabricants, l’équipe a arrêté une liste de 3 modèles. Les démonstrations ont alors débuté pour comparer les différentes interfaces en apportant une attention particulière à l’ergonomie dans la conduite d’un spectacle, à la gestion des projecteurs asservis et aux possibilités de réglages colorimétriques.
L’Opéra Garnier était alors très étroitement lié à une autre marque et le choix de changer de fabriquant ne s’est pas fait sans une réelle motivation de toute l’équipe technique pour le système Eos de ETC. Celui-ci est sorti du lot, notamment grâce à sa qualité de conception, à son ergonomie adaptée aux applications de l’Opéra et aux possibilités de calibration colorimétrique.

« Le choix était motivé par la qualité du produit mais pas uniquement, précise Jacques. Je voyage beaucoup dans les opéras et théâtres en France et à l’international et je retrouvais les consoles Eos dans de très nombreux lieux, comme le Bolchoï a Moscou, le Teatro Real de Madrid, le Staatsoper à Vienne et beaucoup d’autres grands lieux prestigieux comme le Covent Garden à Londres et le MET à New York. C’est la convergence entre la validation technique de mon équipe et le constat que je faisais à chaque déplacement qui a motivé le choix de l’Eos. »

Avant de poursuivre : « Les co-productions se développent entre les grandes maisons d’Opéra et nous retrouvons bon nombre d’éclairagistes qui travaillent essentiellement sur des consoles Eos. Cela nous permet d’anticiper en échangeant l’ensemble de nos fichiers. »

Au total 4 consoles de la gamme Eos ont rejoint le Palais Garnier avec 3 * Eos Ti (Titanium, la version la plus complète de la gamme) dont 2 sont placées en régie et 1 à l’atelier et 1 * Gio @5 pour le plateau dans le cas où un éclairagiste voudrait intervenir sur le plan de feu depuis la scène. Pour compléter l’installation, 2 RVI (Remote Video Interface) sont également disponibles depuis le plateau. Le tout communique en ETCNet3 (ACN) et la console principale adresse l’ensemble des projecteurs en sACN.

Ce système RVI rackable permet des fonctions de déport de moniteurs vidéo et de programmation locale du système Eos. L’opéra offre ainsi au responsable de production un outil de visualisation de la conduite lumière depuis le plateau pour faciliter les interactions avec les éclairagistes. Mais ici, les fonctionnalités de programmation ont été verrouillées pour se prémunir des erreurs.

Validé début 2017, il a fallu attendre la pause estivale pour intégrer les consoles dans le lieu. Avec la rénovation de la régie qui se déroulait également fin août – début septembre, ce délai d’intégration a été réduit au maximum. « Je félicite l’ensemble des techniciens de la régie lumière, poursuit Jacques, car le changement de console s’est fait dans un temps record et ils ont réussi à sortir le 1er spectacle sans la moindre embuche. Pourtant, il s’agissait d’une grosse production ! »

Jérôme Denime, l’un des deux chefs d’équipe de l’opéra nous en dit plus sur la prise en main des nouveaux pupitres : « Il a fallu se former à ce nouvel environnement de travail et prendre de nouvelles habitudes. Par exemple, nous devions auparavant définir tous les paramètres des projecteurs à chaque Cue. Maintenant, comme l’Eos fonctionne dans une logique de “tracking“ les paramètres suivent d’une Cue à l’autre, plus besoin de les éditer intégralement puisqu’ils sont hérités de la position précédente. C’est beaucoup plus simple mais il fallait prendre l’habitude de vérifier les états pour ne pas commettre d’erreur. Heureusement, il y a une Tracklist dans l’interface qui est très utile pour suivre l’état des projecteurs à chaque instant. C’est une gymnastique au début mais aussi et surtout un véritable gain de temps. Maintenant on est complètement à l’aise avec le système et on continue encore de découvrir des nouvelles fonctions, notamment grâce aux mises à jour. »

Ce succès de la prise en main du système s’explique par l’accompagnement des équipes avec un programme de formation qui avait eu lieu les mois précédents. Les équipes ont pu progressivement se familiariser avec la nouvelle interface avant de monter le premier spectacle et de s’attaquer aux quelques 860 gradateurs du lieu, avec plus de 100 projecteurs asservis montés en permanence.

Le programme de formation a cependant montré ses limites, avec l’intervention de plusieurs formateurs très compétents mais non-réunis au sein d’un réseau homogène. C’est pourquoi la nouvelle filiale française de ETC a décidé d’y répondre en réformant le programme de formation. ETC France a en effet annoncé lors de son lancement aux derniers JTSE un encadrement des formations et un déploiement renforcé de celles-ci à travers son réseau de partenaires, pour mieux accompagner les utilisateurs.

Ces derniers mois, de nombreux lieux ont également fait le choix des consoles Eos, comme l’Opéra de Bordeaux (installation Dushow) et l’Opéra de Versailles. ETC qui a récemment fait l’acquisition de la marque High End System dispose donc maintenant de consoles adaptées au marché du théâtre avec l’Eos et au marché de la tournée avec la gamme Hog 4. Avec la filiale ETC France maintenant opérationnelle, ces consoles que l’on retrouve très souvent sur la scène internationale devraient donc se déployer dans l’hexagone.

© Photos : Jonathan Grimaux

Info: etcconnect.com

Read other news tagged with:
Aller à la barre d’outils