Christopher Bauder privilégie MDG pour son installation autobiographique Vektor

L’artiste allemand Christopher Bauder a choisi les générateurs de brume MDG ATMe et les machines à brouillard Me2 comme base de sa dernière installation, VEKTOR, une œuvre personnelle librement inspirée de ses expériences de vie.

VEKTOR at Berlin’s Kraftwerk © Ralph Larmann

VEKTOR, Memories in Light & Sound, est la troisième installation de Bauder au Kraftwerk de Berlin, une ancienne centrale électrique transformée en galerie d’art que Bauder qualifie de « cathédrale industrielle ». L’œuvre abstraite est un « coffre à souvenirs » personnel qui utilise de petites bribes audios de souvenirs de l’enfance de Bauder jusqu’à aujourd’hui : le bruit de la mer de son enfance passée sur une île de la mer du Nord, les cloches d’une église un dimanche, les rires d’êtres chers, ainsi que des échantillons enregistrés à partir du bâtiment du Kraftwerk lui-même. Les enregistrements sont diffusés avec précision dans l’ensemble du bâtiment, transformant ce dernier en une œuvre vivante et respirante grâce au son et à l’éclairage. « Le public n’a pas besoin de comprendre les idées qui sous-tendent l’œuvre, ni d’être conscient de l’énorme quantité de technologie qui la sous-tend, mais j’espère qu’il apercevra les références ici et là », déclare M. Bauder.

La nouvelle œuvre d’art se compose de 50 lasers montés sur 10 treuils lourds régulièrement espacés, spécialement développés par Kinetic Lights, qui synchronisent le mouvement de tous les lasers. Ceux-ci permettent à Bauder de créer une sculpture dans les airs qui remplit tout le volume de l’énorme espace d’exposition.

« Il est important pour moi de partir d’une symétrie qui me permette de la rompre par la suite », explique Bauder. « En commençant par une disposition très symétrique, je suis en mesure de créer des formes et des espaces complètement aléatoires au cours de la deuxième étape du processus de création. Si votre disposition initiale crée déjà une forme, vous êtes toujours lié à cette forme et vous ne pouvez jamais vous en détacher.

VEKTOR at Berlin’s Kraftwerk © Ralph Larmann

« J’utilise les lasers pour créer des formes et des textures tridimensionnelles qui, je l’espère, évoqueront un souvenir et une réaction émotionnelle chez les spectateurs. J’aime jouer avec ces choses, aller plus loin pour raconter une histoire par des moyens très abstraits et encourager le public à créer sa propre image, plutôt que de simplement montrer des formes synchronisées avec de la musique. Par exemple, dans VEKTOR, j’ai une scène « sous l’eau » où je joue des sons de l’océan avec des oiseaux qui volent au-dessus, et j’ai créé une surface avec les lasers en bleu avec des lumières flottantes qui rappellent des bouées flottantes. Cette combinaison fait immédiatement penser à la mer et à une scène sous-marine, mais ce n’est que la technologie qui déclenche leur souvenir. C’est un spectacle émotionnel et poétique ».

Comme pour tout spectacle de lumière, une bonne base de brume est d’une importance capitale pour révéler pleinement le travail de l’artiste, et Bauder déclare qu’il utilise les générateurs de brume et les machines à brouillard de MDG chaque fois que cela est possible pour créer l’atmosphère « adéquate » pour ses œuvres.

« La visibilité de la lumière est importante car j’utilise la lumière dans un sens architectural, comme un matériau que je peux modeler et façonner dans l’espace en une forme tangible qui donne presque l’impression de pouvoir être touchée. En même temps, bien sûr, la lumière est intangible, non physique, et j’ai donc besoin de la brume comme base pour matérialiser la lumière dans l’espace.

« Lorsque l’on recherche la brume parfaite, il y a deux aspects à prendre en considération : la translucidité et la visibilité. Si j’ai beaucoup de brume, j’ai une bonne visibilité des lasers proches, mais elle obstrue la vue des lasers plus éloignés. La quantité de brume est donc extrêmement importante, mais aussi sa qualité : elle doit être suffisamment translucide pour que l’ensemble de la pièce reste visible sur toute la distance de 100 mètres. Je dois toujours pouvoir voir l’arrière de l’espace, mais en même temps donner assez de texture à l’air pour créer la visibilité de ces lasers.

« Il s’agit d’un équilibre très fin entre les deux, et la brume de MDG permet d’atteindre cet équilibre. Le facteur clé est la finesse des gouttelettes dans l’air qui définit la visibilité dans tout l’espace. La brume réagit à la lumière et la réfracte sans obstruer la visibilité. C’est pourquoi j’essaie toujours d’utiliser les générateurs de brume de MDG, car ils offrent ces deux aspects ».

VEKTOR at Berlin’s Kraftwerk © Ralph Larmann

L’espace d’exposition de Kraftwerk est un immense espace intérieur de 100 m x 60 m x 25 m de haut, naturellement sombre et réparti sur deux niveaux. « Le volume est énorme », explique Bauder, « mais nous n’avons que deux générateurs de brume MDG ATMe et deux machines à brouillard Me2 fonctionnant à intervalles réguliers pour remplir tout l’espace ».

Les deux ATMe sont situés à chaque extrémité de la salle et les deux machines à brouillard Me2 dans les coins opposés. « Au début de la journée, nous faisons fonctionner les générateurs de brouillard Me2 pendant environ 10 à 15 minutes pour remplir rapidement l’espace et créer suffisamment de texture. Ensuite, les deux ATMe fonctionnent à 100 % pendant le reste de la journée, avec deux MDG theFAN™ pour faciliter la circulation, ce qui permet de maintenir la stabilité de la quantité de brume pendant le reste de la journée et de préserver la visibilité. Même en fonctionnant à 100 %, nous n’utilisons qu’environ 20 % du liquide et du gaz par rapport aux systèmes que nous avons utilisés par le passé. »

Chaque ATMe, avec theFAN™, est logé avec le gaz et le liquide dans des Vertical Flight Cases de MDG spécialement conçues pour la commodité, le stockage et la transportabilité. Le fournisseur était cast C. Adolph & RST Distribution, le distributeur exclusif de MDG pour l’Allemagne. « Cast est super – nous l’adorons », conclut Bauder. « Ils sont toujours prêts à nous faire des démonstrations de produits et à réagir rapidement lorsque nous avons besoin de services ou de fournitures. Nous entretenons d’excellentes relations avec eux.

VEKTOR at Berlin’s Kraftwerk © Ralph Larmann

La scène artistique berlinoise a un public particulièrement exigeant, mais VEKTOR a reçu un accueil enthousiaste. Quatre concerts sont prévus entre le 15 mars et le 5 avril, avec une musique composée pour la première fois par Bauder. « Nous ne savions pas à quoi nous attendre, mais dès le début, c’était la folie : 6500 personnes le premier week-end et 30 000 au cours des quatre premières semaines », déclare Bauder.

VEKTOR se déroule au Kraftwerk de Berlin du 1er février au 7 avril, avec le premier spectacle en direct le 15 mars 2024.

Infos: www.vektor.art/en
Infos: www.mdgfog.com/fr

Read other news tagged with:
Aller à la barre d’outils